"J'accompagne votre enfant haut potentiel à comprendre et
maîtriser sa différence pour qu'il puisse enfin s'épanouir."

Un EHP, c'est quoi ?

1- Un peu de vocabulaire...

Beaucoup d'ouvrages ou de sites traitant de la précocité existent. Je ne vais donc pas reprendre ce qu'on trouve partout, j'ai pluôt envie d'illustrer les différents profils d'EHP de manière simple

Vous trouverez différentes appellations dans la littérature liée aux précoces : "enfants intellectuellement précoces (EIP)" / "enfants à haut potentiel (EHP)" / "précoces" / "zèbres" / "surdoués"...

Ils veulent tous dire la même chose : des individus aux capacités supérieures aux autres individus de la même classe d'âge. Personnellement, je n'aime pas employé le terme d'"enfants intellectuellement précoces", longtemps utilisé dans l'Education nationale. Car il sous-entend qu'à un moment donné ces enfants, en avance par rapport à leur âge, seront rattrapés par les autres, ce qui est faux. On nait précoce, on reste précoce toute sa vie. De même, le terme seul de "précoce" est assez réducteur et suppose là aussi un rattrapage par les autres. Je leur préfère le terme d'"enfant à haut potentiel" qui explique bien ce qu'il veut dire et qui commence à être préférentiellement utilisé par l'Education nationale.

Mais j'aime user du mot "zèbre", à l'image de Jeanne SIAUD-FACCHIN, inventrice de ce terme et spécialiste de la douance :

« Le zèbre, cet animal différent, cet équidé qui est le seul que l’homme ne peut apprivoiser, qui se distingue nettement des autres dans la savane tout en utilisant ses rayures pour se dissimuler, qui a besoin des autres pour vivre et prend un soin très important de ses petits, qui est tellement différent tout en étant pareil. Et puis, comme nos empreintes digitales, les rayures des zèbres sont uniques et leur permettre de se reconnaître entre eux. Chaque zèbre est différent.
Je continuerai à défendre tous ces gens « rayés » comme si ces rayures évoquaient aussi des coups de griffe que la vie peut leur donner. Je continuerai à leur expliquer que leurs rayures sont aussi de formidables particularités qui peuvent les sauver d’un grand nombre de pièges et de dangers. Qu’elles sont magnifiques et qu’ils peuvent en être fiers. Sereinement. »

namibia-5239549_1920.jpg

Source : Pixabay

A l'image d'un troupeau de zèbres, de prime abord : tous les individus se ressemblent et je défie quiconque d'arriver à distinguer tel ou tel individu. Pourtant, ils ont tous leur caractère plus ou moins marqué, ils ont tous des rayures différentes. Ils sont donc tous bien uniques.

Ainsi, il n'existe par de profils-types de zèbres, mais plutôt des caractéristiques communes qu'on va pouvoir retrouver chez plusieurs individus qui vont pourtant en présenter d'autres, différentes.

Attention à la confusion entre EHP et surdoué. Beaucoup pensent que c'est la même chose. En fait, non. Tous les EHP ne sont pas des surdoués. Ils ont simplement des capacités supérieures à celles des autres individus de leur classe d'âge dans un ou plusieurs domaines d'intelligence. Lorsque cela concerne tous les domaines d'intelligence, on parle de surdoué. Donc tous les EHP ne sont pas des surdoués, mais l'inverse est vrai.

C'est bon ? Vous êtes au point niveau vocabulaire ? Parfait. Passons donc aux profils de zèbres.

2- Zèbres homogènes / hétérogènes... même combat ?

Il existe deux grands types de zèbres : les zèbres au profil homogène et les zèbres au profil hétérogène. Qu'est-ce que cela veut dire ?

Lorsqu'on fait passer le test du WISC-V à un adolescent, on va tester ses capacités cognitives dans 5 domaines. Ainsi, le ou la psychologue mesure :

- l'indice de compréhension verbale (ICV),

- l'indice de raisonnement visuo-spatial (IVS),

- l'indice de raisonnement fluide (IRF),

- l'indice de mémoire de travail (IMT),

- et l'indice de vitesse de traitement (IVT).

Un score est attribué à chaque indice (qui se décompose en plusieurs tests, je ne rentrerai pas dans les détails ici) et lorsque ce score est très supérieur à la moyenne des scores de la classe d'âge de l'adolescent, on parle de précocité dans ce domaine.

courbe.jpg

Source : wikipédia

L'ensemble des résultats obtenus pour des individus d'une même classe d'âge forme une courbe de Gauss. Ainsi, la majeure partie de la classe d'âge aura des résultats compris entre 90 et 110, ce qui est considéré comme "la norme" (brrr, qu'est-ce que je déteste ce terme !). Et au-delà de 130, ce qui représente environ 2% de la population, on est dans le domaine de la précocité.

homogène.jpg
hétérogène.jpg

Voici un exemple de profil HOMOGENE

 

On voit que dans les 5 indices, l'adolescent testé obtient des scores supérieurs ou égaux à 130.

Cet adolescent a donc des facilités dans tous les domaines. Généralement, ce sont des zèbres qui réussissent très bien à l'école, sans problèmes apparents (notez bien que j'ai employé le terme "sans problèmes apparents", j'y reviendrai un peu plus loin).

Voici un exemple de profil HETEROGENE

 

On voit que dans les 5 indices, l'adolescent testé obtient des scores supérieurs ou égaux à 130 seulement dans 2 des 5 domaines.

Cet adolescent a donc des facilités dans ces domaines, mais peut se retrouver en difficultés, comme n'importe quel autre ado de son âge, dans les autres domaines.

3- Les caractéristiques d'un zèbre...

Si tous les zèbres présentent des caractéristiques communes, comme l'hypersensibilité, une curiosité intellectuelle, un rapport très compliqué avec l'injustice, une forte empathie, un esprit critique, une pensée en arborescence… chez les zèbres hétérogènes on peut mettre en évidence d'autres caractéristiques qui définissent ce qu'on a appelé "les grands profils" de zèbres hétérogènes. Mais attention, j'insiste sur le fait qu'ils sont tous uniques et il serait ridicule de les réduire à un profil.

perfectionniste.jpg

Le perfectionniste

provocateur.jpg
autonome.jpg

Le provocateur

L'autonome

Illustrations : @Naïky

Tirées de "Nous, les zèbres",

de Sébastien Tissandier

ZEBRE HETEROGENE

caméléon.jpg
décrocheur.jpg
double exceptionnel.jpg

Le caméléon

Le rêveur

Le décrocheur

Pour avoir des détails sur chaque profil, cliquez sur l'image correspondante.

4- Explication scientifique

La douance est une question de neurophysiologie qui se transmet de génération en génération.

Les IRM montrent une activité permanente du cerveau, avec une multitude de connexions neuronales qui se traduisent par une pensée en arborescence : une idée en entraînant une autre, puis une autre… Alors que chez les non-HP, seule une zone spécifique du cerveau s’anime par fonction. Cela s’explique par une myélinisation accrue des neurones, c’est-à-dire un gainage plus important des prolongements neuronaux qui augmente la vitesse de transmission des informations, en limite la déperdition et conduit le cerveau à utiliser moins d’énergie dans son fonctionnement courant.

Cette différence dote aussi le surdoué d’une plus grande acuité de ses cinq sens et lui apporte une plus grande sensibilité émotionnelle, souvent difficile à gérer par les personnes concernées et mal accueillie par l’entourage.

Pendant longtemps, les EHP n'ont été considérés que pour leurs capacités cognitives. Or, de nombreuses études ont montré qu'un zèbre a certes des capacités cognitives supérieures, mais surtout une gestion des émotions beaucoup plus compliquée ! Ainsi, depuis le WISC-V, l'aspect émotionnel est également pris en compte lors de la passation du test.

On a pu démontrer que le stress, l'envie de réussir, le regard de l'autre… étaient autant de facteurs qui pouvaient influencer sur le résultat d'un test.

J'ai eu dans mes classes, des élèves bilanté "non EHP" parce que les capacités cognitives étaient "dans la norme", mais en fait, la sphère émotionnelle de ces jeunes étaient tellement importante et difficile à gérer pour eux-mêmes que les émotions inhibaient les capacités. Pourtant, lorsque j'étais témoin de leurs réactions, de leur manière de raisonner, il n'y avait nul doute possible : c'étaient bien des zèbres.

A noter qu'un zèbre peut changer de profil au cours de sa vie en fonction de son vécu, de son apprentissage, du travail fait sur lui-même.

Sébastien TISSANDIER